Customs Services, DHL Express International Customs Clearance Services Dédouanement

Customs Services – Control of Importing and Exporting Activities DHL Express is the international specialist in shipping, with extensive knowledge and experience of dealing with customs topics worldwide. For your peace of mind, we provide a wide range of customs support for standard as well as non-routine customs-clearance processes. By making sure that clearance is a smooth and efficient process, we ensure your shipments arrive as quickly as possible, and leave you free to focus on your core business. This service covers any import of a non-document shipment for which DHL advances customs duties, taxes or regulatory charges for receivers with whom DHL has no contractual business relation e.g. private consumers. DHL assumes the risk of non-repayment by the receiver, for which a charge is applied based on the credit advanced, subject to a standard minimum.
At the receiver’s request, this service sees DHL credit or cash used to fund the clearance, duty and tax charges relating to a shipment or piece, instead of the receiver using their own bond or credit line. The customs process is accelerated, with DHL making prompt payment of relevant charges while the receiver defers payment until an agreed date. The arrangement by DHL, of any biological, health, phytosanitary, veterinary, quarantine, CITES or similar controls required by any regulatory agency, and the preparation of any related paperwork, to facilitate the clearance of a shipment into a country or Customs Union. This includes inspections required by a Fish & Wildlife or similar government agency, for certain commodities determined by the origin or destination country.
Storage charges apply when the shipment cannot be released by Customs due to inaccurate or missing paperwork. Charges take effect three calendar days after the freight arrival date or broker notification, whichever is later.
A bonded shipment occurs when DHL is requested to move non-document foreign-origin goods to a location other than the regular DHL gateway at destination. Bonded Transit is normally operated within a country or customs union, and is necessary prior to final clearance by the importer or designated broker. Bonded Transit applies to both export and import shipments whenever DHL is required to open, manage or report any form of transfer under bond using our own guarantee.
When the Importer of the shipment has specifically requested contact before the customs clearance process begins, DHL contacts the Importer for that authorization. This often helps to ensure that all clearance paperwork is complete and correct.
Applies in countries where an export declaration is required for shipments containing controlled commodities or exceeding a certain value threshold or weight. Depending on origin country, shippers that submit a declaration online may avoid the local charge. Applied in selected countries, when importing goods with an aggregated declaration value or weight exceeding the limits set by destination Customs Authorities, or due to other regulatory requirements are excluded from routine purzknxf. iron byron driver test results 2016clearance on a consolidated manifest and thus require clearance under an individual entry form. At the customer’s request, the clearance paperwork is transferred to an independent broker to handle customs clearance. We resume the delivery to the final destination once the clearance is completed. DHL is subsequently not responsible for the timeliness of the submission to customs or for the release of the shipment. A charge per line item will be applied for multi-line item entries that involve three or more lines, for example when one shipment has multiple commodities, origins or invoices. All commodities require identification and must be classified under unique harmonized code tariff numbers. When requested by the Shipper or Receiver, or when required by Customs, DHL applies a charge for the preparation and submission of any entry necessary to clear Customs, or for the preparation of the necessary import paperwork to obtain a missing regulatory permit or license to authorize the import of certain goods. DHL can modify the value, commodity, country of manufacture, or terms of trade information after the import clearance process for goods, to correct or elaborate on what was submitted previously to Customs. Modifications are also necessary when import details such as the VAT number are incorrect on the declaration. At importers request, DHL will arrange the release of a shipment to the customers designated customs broker of choice. DHL will not only transfer the necessary customs documentation but also move the inbound shipment from the point of arrival to the broker’s location within the same customs office. The broker performs the last mile delivery. When requested by the shipper or importer, DHL prepares the merchandise or goods for their temporary export and later import. Raw or semi-finished materials can be imported into a Customs’ approved Export Processing Zone or Free Trade Zone for value-adding activities, providing the finished goods are subsequently exported.  
Dédouanement

Ce que les magasins vendent
étincelle huy
ugg classic short boots 5825 grau
faux uggs
Ugg ashdale Dédouanement centralisé

Définition et règles applicables Période transitoire Points de contact nationaux Historique de l’AUPS

Définition et règles applicables

Le dédouanement centralisé est une des simplifications liées au placement de marchandises sous un régime douanier du code des douanes de l’Union (CDU).

Il permet au titulaire d’une autorisation de déposer auprès du bureau de douane où il est établi une déclaration en douane concernant des marchandises présentées à un autre bureau de douane situé sur le territoire douanier de l’Union.

Le dédouanement centralisé permet aux opérateurs économiques de centraliser et d’intégrer des fonctions de comptabilité, de logistique et de distribution, et de réaliser ainsi d’importantes économies de coûts administratifs et de coûts de transaction. Il constitue donc pour eux une véritable simplification.

Base juridique du dédouanement centralisé:

Article 179 du code des douanes de l'Union (CDU) Article 149 de l’ acte délégué relatif au CDU (AD) Articles 229 à 232 de l’ acte d’exécution relatif au CDU (AE) Articles 18 à 20 de l’ acte délégué transitoire du CDU

Autres documents de référence:

Lignes directrices en matière de simplification . Arrangement administratif et convention concernant l’attribution, dans le cadre d’une autorisation unique de mise en libre pratique/d’un dédouanement centralisé, des frais de perception nationaux qui sont conservés lorsque les ressources propres traditionnelles sont mises à la disposition du budget de l’UE ( Liste des États membres signataires de l’accord administratif et de la convention). Document TAXUD/1285/2005, rév. 1 – Autorisation unique pour les procédures simplifiées: frais de perception. Document abordant la nécessité d'une solution unique dans toute l'UE, présentant les possibilités en matière de partage des frais de perception et proposant une analyse soutenant le rapport 50:50 recommandé par le groupe. Formulaires pour les demandes et les autorisations de dédouanement centralisé pendant la période transitoire.

Période transitoire

 Comment lire une AUPS existante?

Les AUPS déjà en vigueur au 1er mai 2016 restent valables jusqu’aux dates respectives de déploiement du système de dédouanement centralisé des importations et du SAE visés à l’annexe de l’AE (article 345, paragraphe 1, point 4, AE).

Les AUPS existantes sont accordées avec une autorisation de déclaration simplifiée ou de procédure de domiciliation (avec ou sans notification).

À partir du 1er mai 2016, chaque cas sera lu conformément à la nouvelle terminologie et aux possibilités offertes par le CDU.

Il est recommandé de lire les autorisations actuelles comme suit (même s’il est possible de convertir une AUPS actuelle en une autre option): une AUPS avec déclaration simplifiée sera lue comme un dédouanement centralisé avec déclaration simplifiée; une AUPS avec procédure de domiciliation et déclaration déposée sera lue comme un dédouanement centralisé avec déclaration normale (ou déclaration simplifiée); une AUPS avec procédure de domiciliation et déclaration déposée pourra également être lue comme un dédouanement centralisé avec présentation des marchandises dans un lieu agréé; une AUPS avec procédure de domiciliation et notification sera lue comme un dédouanement centralisé avec inscription dans les écritures du déclarant et présentation des marchandises; une AUPS avec procédure de domiciliation sans notification sera lue comme un dédouanement centralisé avec inscription dans les écritures du déclarant et dispense de présentation.
  Réexamen des AUPS existantes

Les AUPS déjà en vigueur au 1er mai 2016 restent valables jusqu’aux dates respectives de déploiement du système de dédouanement centralisé des importations et du SAE visés à l’annexe de l’AE et en application de l’article 345, paragraphe 4, AE. Par conséquent, le réexamen doit être effectué avant la mise en place des systèmes informatiques, voire le plus tôt possible, en tenant compte des éléments suivants:

Si la mise en œuvre du système est prévue en 2019, le calcul de la période de réexamen devrait prendre en considération les délais liés à la phase de consultation qui se déroule avant l’octroi d’une autorisation de dédouanement centralisé: 90 jours (art. 229, AE), ainsi que toutes les longues procédures supplémentaires liées au réexamen des conditions d’octroi du dédouanement centralisé mais aussi, si elles sont combinées, les conditions applicables à l’autorisation de déclaration simplifiée ou d’inscription dans les écritures du déclarant.

Il est donc vivement recommandé de commencer le réexamen suffisamment à l’avance, afin de garantir la mise en œuvre intégrale au moment où les systèmes seront en place.

Points de contact nationaux

Information received from:

Austria Germany Netherlands Belgium Greece Poland Bulgaria Hungary Portugal Croatia Ireland Romania Cyprus Italy Slovakia Czech Republic Latvia Slovenia Denmark Lithuania Spain Estonia Luxembourg Sweden Finland Malta United Kingdom France    

 

Historique de l’AUPS

L’utilisation des autorisations uniques pour les procédures simplifiées (AUPS) a ouvert la voie à la mise en œuvre du dédouanement centralisé en tant que procédure normale dans le cadre du code des douanes de l’Union.

 



Port de Casablanca : les raisons d’un bug de trois jours

Un défaut dans la conception du système d’information a généré une saturation Remise en état prévue d’ici début 2008. En attendant, on travaille avec l’ancien système.

Trois jours sans pouvoir dédouaner un seul conteneur ! Entre le 7 et le 9 novembre, les services de douane opérant au port de Casablanca ont été pris à partie par les importateurs et les transitaires. A l’origine, un bug dans le système d’information de cette administration, qui a bloqué la machine. Résultat: la Douane, cherchant à être plus performante dans les procédés de dédouanement, s’est trouvée en butte au mécontentement général. Pour comprendre cette anomalie, aujourd’hui identifiée, explique-t-on auprès de la Douane, il faut remonter au mercredi 7 novembre, tôt dans la matinée. Ce jour-là, le système appelé «Base automatisée des douanes en réseau» plus connu sous le sigle Badr, destiné à remplacer à terme l’ancien système Sadoc (Système de l’administration des douanes et de l’Office des changes), devait passer au palier deux. Le premier palier, relatif à la mise en douane, étant opérationnel depuis le 2 janvier 2004, attendait d’être complété, avec comme but ultime la possibilité pour les opérateurs et leur agents d’accomplir et suivre en ligne les opérations de dédouanement en temps réel. Sauf que ce système, tout à fait opérationnel et fluide durant les premières heures de ce mercredi, est devenu inaccessible à partir de 10 heures pour ceux qui voulaient s’y connecter. D’où donc les perturbations, le blocage et les retards enregistrés ce jour-là et les jours suivants.

D’où vient l’incident ? Selon Nabyl Lakhdar, chef de la division informatique des douanes, l’espace mémoire occupé par les premières personnes à s’être connectées, pour travailler ou pour «voir comment ça marche», n’était pas libéré même si les clients se déconnectaient. Défaut de conception donc. Le plus grave est que l’anomalie existait déjà dans la version Badr I, mais n’était pas visible, le système n’étant pas trop sollicité jusque-là. «Ce n’est donc ni un problème d’internet, ni de capacité, mais bien d’une anomalie technique du système lui-même, anomalie qui a été identifiée vendredi vers 18 heures 30», affirme M. Lakhdar.

Entre-temps, c’est-à-dire du mercredi matin au vendredi fin d’après-midi, qu’a-t-on fait pour débloquer la situation ? D’abord, dès mercredi, décision a été prise de traiter manuellement les opérations urgentes, en l’occurrence celles relatives aux produits périssables, aux expéditions express et à l’export, avant de généraliser, vendredi, le traitement manuel, et finalement de prendre vendredi soir la décision de revenir à Sadoc. Selon nos informations, un nouveau basculement vers Badr 2 sera opéré dès début 2008, mais la date exacte n’a pas encore été fixée. Actuellement, nous dit-on, l’anomalie a été rectifiée, mais la Douane préfère tester encore le système pour éviter un nouveau bug.

Les importateurs parlent de pertes colossales, la Douane minimise En attendant, et selon les informations recueillies par La Vie éco, nombre d’opérateurs affirment avoir subi des pertes non négligeables durant ces trois jours de blocage alors que la Douane estime que «le chiffrage des dégâts qu’on a pu lire, ici et là, semble très exagéré». Certes, la Douane a renoncé à toutes les pénalités de retard, mais il n’en demeure pas moins que de nombreux opérateurs disent avoir eu à payer des frais en sus : frais supplémentaires pour les conteneurs non libérés à temps, frais d’emmagasinage, électricité pour les produits frigorifiés, etc. A titre d’exemple, un transitaire nous a affirmé que son client a dû verser 250 000 DH en frais supplémentaires pour huit conteneurs qui ont séjourné plus longtemps que de coutume au port en raison de ce problème. Un autre estime à quelque 300 000 DH les frais que va débourser un importateur de la place pour onze conteneurs de chocolat.

Mais, tout compte fait, et malgré ces déboires, les professionnels avisés estiment que la généralisation du système Badr constituera une grande avancée dans la mesure où il permettra de traiter toutes les opérations à distance…

Lire aussi

Une communication proactive permet de limiter les rumeurs qui font mal Code de la route : des changements en vue Agadir se dote d’une décharge contrôlée Commentaires 0 Commentaire Soyez le premier à donner votre avis Commentez cet article Cliquez ici pour annuler la réponse.

Rejoignez-nous sur

0 Shares 0 Tweets 0 +1's 0 Shares

Flash Info

25 Nov 09:30 Economie 0 La Banque Populaire primée 25 Nov 09:30 Sport 0 Bidouane, ambassadrice pour l’Afrique 25 Nov 09:30 Actualité 0 Indice Mo Ibrahim : Le Maroc douzième 25 Nov 09:30 Actualité 0 Des Marocains contre l’esclavage en Libye 25 Nov 09:30 Economie 0 Xiaomi à l’assaut du marché marocain 24 Nov 20:17 Votre Carrière 0 L’audace : Avis Zakaria FAhim, DG du cabinet BDO

Les articles les plus lus

Vidéos Badr Hari : Ronaldo est tombé sous le charme du Maroc 0 32260 Culture Le cofondateur des «Gipsy Kings» se produit au Maroc, son pays d’origine 2 29994 High-tech Galaxy S7 et Galaxy S7 edge arrivent 0 29525 Vidéos Le Robot de Google ou quand l’intelligence artificielle bat l’humaine 0 27625 Sociéte Profession, agent de sécurité privée 1 26959

Facebook

Twitter

Tweets de @JournalLavieeco

Étiquettes

Attentats paris Bourse CAN 2017 COP 22 COP22 festival Timitar Immobilier Maroc Mawazine tourisme